Réseau artcontemporainParis / Île-de-France

TaxiTram du samedi 7 juillet

Maison d’Art Bernard Anthonioz, Nogent-sur-Marne
>>> frac île-de-france, le château, Rentilly
>>> frac île-de-france, le plateau, Paris

Maison d’Art Bernard Anthonioz, Nogent-sur-Marne
Performance TV

Avec des œuvres d’Anna Byskov, Tacita Dean, Hélène Delprat, Esther Ferrer, Lidwine Prolonge, Laure Prouvost, Cally Spooner.
Commissaire : Mathilde Roman

En 1983 et 1985, Esther Ferrer est invitée par des festivals vidéo en Espagne et ré échit à ce que peut produire l’association a priori antino- mique de « Performance » et « TV ». Comment performer avec une image pré-enregistrée, donc maîtrisée et dépossédée du hasard et du vivant ? Comment faire de la vidéo un élément actif ? Esther Ferrer joue avec son image lmée, avec son corps physiquement présent, et avec le public parfois pris au piège. Performance TV propose une reconstitution autant physique que mentale de ces projets, dont certains n’ont jamais été réalisés, et les met en dialogue avec des œuvres d’autres artistes inves- tissant le champ de performance. La nécessité est toujours aussi grande aujourd’hui de contredire les usages, de réinscrire une présence des corps réels au sein des images, d’interroger les croyances. Au sein de l’exposition, la gure de l’artiste présent avec son corps ou son image interroge aussi sa place et son statut, et plus spéci quement sa position d’artiste-femme, comme le rôle du spectateur. Réunissant un centre d’art, des ateliers, une bibliothèque et une maison de retraite pour artistes au sein d’un parc à Nogent-sur-Marne, la Maison d’Art Bernard Antonioz est ici mise en abîme dans ses différents espaces et usages. L’histoire du lieu constitue une archive où résonne la vie intime des deux sœurs (Jeanne Smith et Madeleine Smith-Champion) qui en rent don à leur mort. Performance TV entremêle ainsi cette/ces histoire(s) avec les recherches des artistes autour des structures du récit, des relations entre sens et lan- gage, entre performance et image, entre proximité et distance.

frac île-de-france, le château, Rentilly
Le paradoxe de l’iceberg

Avec : Carl Andre, John Armleder, Micol Assaël, Robert Barry, Joseph Beuys, Jean-Sylvain Bieth, Pier Paolo Calzolari, Nina Canell, Julien Creuzet, Christine Deknuydt, Nicolas Deshayes, Matias Faldbakken, Robert Filliou, Gloria Friedmann, Hans Haacke, Peter Joseph, Jannis Kounellis, Dennis Oppenheim, Lisa Oppenheim, Emmanuel Pereire, Evariste Richer, Jean-Luc Verna, Jacques Villeglé, Franz West, Gilberto Zorio.
Commissaire Keren Detton

À partir de l’œuvre de Christine Deknuydt (1967 – 2000), l’exposition réunit vingt-cinq artistes issus de la collection du Frac Grand Large – Hauts-de-France – et projette un compagnonnage imaginaire avec différents explorateurs du monde sensible. Les œuvres qui composent cette exposition utilisent des matières brutes soumises à des altérations chimiques ou physiques et choisies pour leurs propriétés plastiques mais aussi leurs charges énergétiques ou symboliques. La matière n’est jamais celle que l’on croit.

frac île-de-france, le plateau, Paris
A Study in Scarlet

Avec : Beau Geste Press, Lynda Benglis, Kévin Blinderman : masternantes, Pauline Boudry / Renate Lorenz, Jean-Louis Brau, Monte Cazazza, Chris & Cosey, COUM Transmissions, Vaginal Davis, Brice Dellsperger, Casey Jane Ellison, Harun Farocki, Karen Finley, Brion Gysin, Hendrik Hegray, Her Noise Archive, Robert Morris, Ebecho Muslimova, Meret Oppenheim, Lili Reynaud-Dewar, Christophe de Rohan Chabot, Louise Sartor, Throbbing Gristle, Cosey Fanni Tutti et Amalia Ulman.
Commissaire : Xavier Franceschi

Cosey Fanni Tutti (née en 1951 à Kingston-upon-Hull, RU) est connue pour avoir été membre, à partir de la fin des années 1970, du groupe Throbbing Gristle, qui a eu une importance considérable sur la scène expérimentale.
Conjointement à ses activités musicales, elle développa une pratique artistique singulière caractérisée par son activité au sein de l’industrie pornographique. Prenant l’œuvre de Cosey Fanni Tutti comme axe de ré exion, A Study in Scarlet est une exposition collective dans laquelle se déploie une série de formes, de gestes et d’attitudes visant le dépassement et la transgression des normatives d’identités et de genres.