Réseau artcontemporainParis / Île-de-France

Du 23 - 06 - 2022 au 08 - 01 - 2023

Mettre au monde

Avec : Anaïs Albar, Katharina Bosse, Jochen Gerner, Fiammetta Horvat, Lidia Kostanek, Guillaume Pinard, Fabien Mérelle, Marlène Mocquet, Prune Nourry, Axel Pahlavi, Françoise Petrovitch, Charlotte Salvanes, Florence Obrecht, David B, Sarah Tritz

Commissaires : Amélie Adamo et Lucile Hitier

Chaque année depuis 2018, le Centre d’art l’ar[T]senal propose des expositions estivales tournées vers des thématiques art et société. Après Nous sommes contemporains qui proposait de traiter un panorama de problématiques contemporaines, comme un sommaire des diverses expositions à venir, Les champs des possibles abordait les liens intrinsèques entre les vivants ; comme une ode aux habitants de la planète, puis Curiosités vagabondes qui posait la question de la place de l’art dans le quotidien et inversement, Mettre au monde propose d’élargir la notion de création et de créativité à la sphère intime et familiale des artistes.

Être parent et artiste, quel impact sur la création ? 

Mettre au monde, questionne l’interaction complexe entre création, engendrement, sphère publique, privée, intimité et extimité et l’équilibre ténu entre ces mondes dans la vie d’un artiste parent, actif et indépendant évoluant notamment dans le secteur des arts visuels encore trop peu construit dans l’accompagnement social de ses acteurs.

Réalisée à quatre mains entre les commissaires d’exposition Amélie Adamo et Lucile Hitier, l’exposition Mettre au monde propose de mettre en lumière une sélection d’artiste qui ont dédié – à un moment de leur vie on entièrement – leur pratique à leur relation à leur enfant, au corps habité, au corps nourricier ou à la pratique artistique à quatre mains.  

Mettre au monde, est une exposition qui se conçoit avant tout comme une ode à la vie. Par le choix des démarches, elle révèle ce qui est jouissance dans la création. Une création qui absorbe dans son processus les perturbations du vivant et interagit avec le fait de procréer. Ici, la vie de famille, la maternité, les enfants, donnent lieu à de multiples représentations, entre lien et entrave, innocence et violence, élan et peur. 

En cela, l’exposition se veut critique. Critique des tabous et des préjugés concernant la notion de parentalité, que les artistes exposés envisagent non pas à travers une vision idéale mais plutôt dans ses polarités, à la fois sources de joies et de souffrances. Mais aussi, critique d’une société de la compétitivité où l’on envisage difficilement le fait de mêler une vie d’artiste à une vie de famille, comme si les deux demeuraient impossibles.

Lucile Hitier & Amélie Adamo