Réseau artcontemporainParis / Île-de-France

TaxiTram samedi 17 février

Akadémia : Performing Life
L’exposition examine les récits et les thèmes émanant de l’Akadémia, une communauté et école établie entre les années 1920 et 1970 au 31 rue de Seine, Paris, offrant des cours gratuits de danse, arts plastiques et travaux manuels. Créée par Raymond Duncan, danseur et artiste américain, et codirigée par Aia Bertrand, danseuse, écrivaine expatriée en Lettonie, l’école se proposa de créer un mode de vie en synthétisant travail, arts et kinétique.

Louise Hervé & Chloé Maillet, L’Iguane
« Dans un café sur le port de Dunkerque vit un iguane : il y a quelques années, nous l’avons rencontré. Nous étions logées dans l’auberge de jeunesse, entre la plage et le port, qui accueillait alors le congrès annuel de l’illusion ; des dizaines de magiciens y répétaient leurs numéros, amulettes au cou. Nous étions les seules personnes incapables d’un tour de prestidigitation. Ce soir-là, nous avons dîné au café avec un marin. L’iguane nous a dévisagées longuement. Il bougeait peu, avec tant de précision et de lenteur que nos gestes humains en paraissaient désordonnés : l’iguane évolue dans une autre dimension, avons-nous pensé, où le temps est ralenti et les perceptions modifiées. Peut-être vit-il pour toujours, dans l’avenir. »

L’exposition à caractère anthologique réunit des projets des artistes nourris de leurs recherches et déployés sous forme de performances, de films, d’installations et de dispositifs de projection analogiques. Ils nous invitent dans l’antiquité, autour du mythe pythagoricien et son enseignement oral ; à la charnière du XIXe siècle avec les fêtes et chants fraternels des Saint-Simoniens ; et aux prémices de la modernité avec des œuvres d’artistes spirites ayant peint et dessiné sous la conduite d’esprits. Ces évènements historiques, propices à la reconstitution, sont les points d’ancrage de réflexions sur les modes de transmission du savoir et les moteurs de révolution sociale. Au-delà de leur unicité, ces éléments s’enchâssent grâce aux liens tissés par les artistes dans une approche transversale du savoir.

Alex Cecchetti, Tamam Shud
À travers Tamam Shud, sa plus grande exposition personnelle en France, Alex Cecchetti nous embarque pour un voyage passionnant au cœur de notre imagination. Chaque salle du centre d’art est un chapitre de roman. On y lit, danse, joue de la musique, tire les tarots. On aime et on meurt. À la fois espace intime et cadre d’un mystérieux récit, l’exposition devient le lieu où se mêlent le fictionnel et le réel. L’artiste erre à la recherche de lui-même et convie les visiteurs à poursuivre sa quête. Performances et histoires contées rythment pendant trois mois ce voyage dans l’espace et dans le temps.