Réseau artcontemporainParis / Île-de-France

19 - 01 - 2019, 15:00

Le magazine des jours
Paul Pouvreau

Exposition jusqu’au 14 avril.

Commissaires : Paul Pouvreau et Nathalie Giraudeau

Dix ans après sa participation à l’exposition collective intitulée L’Île de Morel, Paul Pouvreau présente au CPIF une monographie.

La proposition, qui s’attache à parcourir l’oeuvre d’un des artistes les plus passionnants de sa génération (né en 1956, à Aulnay-sous-Bois), articule des images anciennes à de plus récentes, produites pour l’occasion.

Utilisant des matériaux du quotidien, ustensiles ménagers, poussière, emballages en carton, sacs plastiques, affiches publicitaires, Paul Pouvreau bâtit des espaces et des moments poétiques : des incidents dans un quotidien de signes mornes ; des illuminations de sens et de petits plaisirs visuels.

Une partie de son travail, qui met sur le même plan les gestes architectural, sculptural, performatif, graphique et photographique, pourrait être lue comme burlesque – ce registre qui utilise la catastrophe, le détournementet le brouillage de la hiérarchie des valeurs comme perturbateur d’un ordre établi. Dans cette forme de comique, l’homme est aux prises avecles éléments – ici générés par l’idéal commercial-, la profusion de signestels des « détritus visuels »*.

« L’enchantement du trivial fut le projet pop, après quoi les artistesconceptuels firent des objets de consommation des fétiches livrés à nos manies (série, collection, classification…). Paul Pouvreau se détachede ces héritages, il aime construire dans le crépuscule de la marchandise,de nouveaux repères », écrivait Michel Poivert.

* Antonia Birnbaum, in Le Monde à plat, Éditions Loco, 2017.

 

• Évènement

Rencontre dialoguée, samedi 16 mars à 15h. Navettes gratuites sur réservation.