Réseau artcontemporainParis / Île-de-France

02 - 02 - 2019, 15:00 > 21:00

GESTE

Exposition jusqu’au 31 mars 2019.

Équipe curatoriale : Sylvie Boulanger et Audrey Illouz. Une collaboration Lab’Bel et CNEAI =. Avec la complicité de Laurent Fiévetet Silvia Guerra.

Avec notamment des productions de Tal Isaac Hadad, Matan Mittwoch et Julien Prévieux. Et des oeuvres de Vito Acconci, Lars Fredrikson, Wade Guyton, Channa Horwitz, László Moholy-Nagy, Antoni Muntadas et Cally Spooner.

L’exposition porte sur l’enregistrement des gestes, nécessairement conditionné par l’outil technologique employé. Dans sa postface de l’ouvrageLes Gestes de Vilém Flusser, Louis Bec note : « Nous voyons surgir des gestes nouveaux qui pourraient paraître insignifiants mais qui sont les révélateurs d’une transformation profonde ». L’exposition examine l’incidence de nouvelles gestuelles sur nos comportements. Elle aurait pu commencer avec la chronophotographie et le désir de mieux comprendre la décomposition du mouvement en tant que phénomène échappant à l’oeil nu. Elle se serait poursuivie par celle de la délégation du geste transitant par la machine quia bouleversé les pratiques artistiques au XXe siècle et matérialisé par Moholy-Nagy dans les Telephone Paintings. Elle aurait vécu l’arrivée de la camera portapak, aurait croisé l’histoire de la notation du mouvement. L’exposition retient du regard moderne, qui envisageait l’appareil photo comme une prothèse visuelle, sa faculté à augmenter les capacités sensorielles du corps et du cerveau humain. Elle s’ancre définitivement dans la relation du geste aux pratiques digitales et à leurs incidences linguistique, économique et sociale.

Que les artistes s’intéressent à un algorithme qui permet de nousidentifier et de quantifier nos humeurs à travers nos expressions faciales (Matan Mittwoch), à l’apprentissage automatique et à ses achoppements (Julien Prévieux) ou qu’ils s’imprègnent de pratiques vernaculaires, véritables phénomènes Youtube, pour les détourner (Tal Isaac Hadad), nos comportements comme nos interactions en sont profondément modifiés.