Réseau artcontemporainParis / Île-de-France

Dis-leur
Hoël Duret

Dis-leur (2020), vidéo HD 1080p sonore, 3’14’’ (cliquez ici pour voir la vidéo)
Dans son film Drop out (2020) Hoël Duret mettait en place un récit d’anticipation, une climate-fiction qui l’emmena en Nouvelle-Zélande à la recherche d’un remède à la crise climatique qui couve. Dans ce territoire où l’homme s’est établi récemment, il pensait pouvoir découvrir une alternative aux vieilles sociétés qui n’acceptent plus d’être tributaires de leur environnement. Mais la sanit crisis du printemps 2020 rattrapa l’écriture et sa fiction catastrophique se rapprochait insidieusement du réel. La climate-fiction n’anticipe plus de possibles futurs mais se niche au creux de l’espace-temps que nous habitons. Plusieurs mondes se superposent et s’imbriquent dans un temps perpétuel et kaléidoscopique. L’impossibilité de distinguer une perspective distincte dans ce qui semblait être un récit initiatique laisse planer le spectre d’un relativisme absolu.
Dis-leur (2020), en quelque sorte, prolonge Drop out (2020) et jette les bases d’un prochain chapitre en cours d’écriture. La sanit crisis a montré les limites des modèles de prédiction basés sur des puissances de calcul brutes. L’échec de l’intelligence artificielle privilégie la piste d’une intelligence sensible plus à même de faire face aux enjeux de notre monde. Un groupe de recherche international part sur la piste d’un nouveau modèle qui ne soit pas issu d’un système mathématique. Cette task force, constituée de mathématiciens, de linguistes et de paléontologues, mène ses recherches, coupée du monde, dans une grotte dont l’étude des peintures pariétales d’une branche oubliée de l’évolution humaine pourraient être le point de départ d’un nouveau langage.

Soutien à la création « Après » des membres du réseau TRAM

 

Biographie
Né en 1988, Hoël Duret est diplômé de l’École des Beaux-arts de Nantes en 2011.
Sa pratique est structurée par le récit à travers de grands projets qui convoquent les médiums lui semblant adéquats pour mettre en forme ses histoires. Ces scénarios livrent une vision critique et amusée de tout ce qui voudrait être une recette pour rendre le monde tangible, cohérent, simple et rassurant.
Son travail a notamment été exposé en France au Centre Georges Pompidou, à la Fondation Louis Vuitton, au Palais de Tokyo, au CAPC de Bordeaux, au Palais Garnier – Opéra de Paris, au FRAC des Pays de la Loire, à la Galerie Edouard Manet, Gennevilliers et au Crédac, Ivry ainsi qu’à l’étranger à Yishu 8, Pékin, Chine, au Seoul Art Museum, Corée, au MUDAM, Luxembourg, au Palazzo Strozzi, Florence, au Palazzo delle Stelline, Milan,  au Tel Aviv Art Museum, au Ford Theatres, et à la Martos Gallery, Los Angeles. Il prépare actuellement une exposition personnelle à la Villa Merkel à Esslingen en Allemagne pour laquelle il a produit un nouveau film en Nouvelle-Zélande au printemps 2020.

 

View this post on Instagram

APRÈS > 30 cartes blanches confiées par TRAM à des artistes et auteur·e·s Dans son film « Drop out » (2020) Hoël Duret (@hoelduret) mettait en place un récit d’anticipation, une climate-fiction qui l’emmena en Nouvelle-Zélande à la recherche d’un remède à la crise climatique qui couve. Dans ce territoire où l’homme s’est établi récemment, il pensait pouvoir découvrir une alternative aux vieilles sociétés qui n’acceptent plus d’être tributaires de leur environnement. Mais la sanit crisis du printemps 2020 rattrapa l’écriture et sa fiction catastrophique se rapprochait insidieusement du réel. La climate-fiction n'anticipe plus de possibles futurs mais se niche au creux de l'espace-temps que nous habitons. Plusieurs mondes se superposent et s’imbriquent dans un temps perpétuel et kaléidoscopique. L'impossibilité de distinguer une perspective distincte dans ce qui semblait être un récit initiatique laisse planer le spectre d'un relativisme absolu. « Dis-leur » (2020), en quelque sorte, prolonge « Drop out » (2020) et jette les bases d’un prochain chapitre en cours d'écriture. La sanit crisis a montré les limites des modèles de prédiction basés sur des puissances de calcul brutes. L’échec de l’intelligence artificielle privilégie la piste d’une intelligence sensible plus à même de faire face aux enjeux de notre monde. Un groupe de recherche international part sur la piste d’un nouveau modèle qui ne soit pas issu d’un système mathématique. Cette task force, constituée de mathématiciens, de linguistes et de paléontologues, mène ses recherches, coupée du monde, dans une grotte dont l’étude des peintures pariétales d’une branche oubliée de l’évolution humaine pourraient être le point de départ d’un nouveau langage. >> https://vimeo.com/432264717  Hoël Duret, Dis-leur, MABA (@fondationdesartistes), @nogentsurmarne(94), Projet de soutien à la création « Après », TRAM Réseau art contemporain Paris / Île-de-France et diffusé dans The Art Newspaper France en juillet 2020 @theartnewspaper.france #réseauTRAM #MABA #hoëlduret #ProjetAprès #soutienàlacréation #artcontemporain

A post shared by Réseau Tram (@reseau_tram) on

 

APRÈS > 30 cartes blanches confiées par TRAM à des artistes et auteur·e·sDans son film « Drop out » (2020) Hoël Duret…

Publiée par Tram Réseau art contemporain Paris / Ile-de-France sur Lundi 13 juillet 2020